La business intelligence au service de la DSI

De plus en plus, la DSI se veut comme un pôle indépendant de l’entreprise, qui doit prouver son efficacité et son bon fonctionnement afin de pouvoir obtenir le renouvellement de son budget. Calculer les écarts, anticiper, piloter et prendre les bonnes décisions deviennent ainsi des prérequis pour une DSI qui démontre la valeur ajoutée de ses services et de ses infrastructures. Ainsi, les logiciels de Business Intelligence, demandés généralement par les directions métiers, s’installent également au coeur des DSI.

Pourquoi la Business Intelligence dans le DSI ?

Parce que tous les pôles de l’entreprise ont besoin de ce retour stratégique apporté par l’analyse des données, nous allons dans cet article revenir sur les enjeux de la mise en place de démarche de Business Intelligence au sein d’une DSI. Comme les métiers, les DSI souhaitent muter vers le numérique.

Ainsi, au fur et à mesure de la prise de conscience par les entreprises de l’importance du capital informationnel, et de son exploitation, les DSI mettent de plus en plus en place des outils de business Intelligence au sein des différents services de l’entreprise.

Ainsi, tandis qu’elles doivent offrir aux directions métiers des moyens de comprendre et de piloter leur activité, les DSI elles-mêmes souhaitent bénéficier de cette mutation vers les outils du numérique.

Les avantages de la BI pour les direction des systèmes d’information

Car les avantages de la mise en place d’une démarche de business intelligence au sein d’une DSI sont importants. En effet, grâce à la Business Intelligence, les DSI :

  • disposent de davantage de recul sur les évolutions de leur système d’information
  • peuvent ainsi mieux en anticiper les évolutions
  • peuvent surveiller les aspects techniques : la puissance nécessaire, le stockage utilisé
  • et peuvent surveiller les aspects financiers : le coût des services, des contrats, la refacturation aux autres pôles de l’entreprise

Légitimer le travail de la DSI

Bien entendu, la finalité de la mise en place de toutes ces analyses statistiques, outre le pilotage de l’activité, c’est de pouvoir légitimer les actions de la DSI au quotidien.
Pour cela, il va falloir mettre en place des indicateurs. Ces indicateurs pourront servir de référence en interne.

Il sera ainsi possible d’obtenir des données telles que la mesure du coût unitaire des composants d’infrastructure, le ROI de chaque investissement ou encore le montant de la refacturation en interne.
L’objectif est de pouvoir doter la DSI d’éléments de comparaison factuels qu’il sera possible d’opposer facilement aux tarifs proposés par les sociétés externes.

Mettre en place la BI au sein de ces services

Comme pour tout projet de Business Intelligence, il sera nécessaire pour ce type de projet d’effectuer un travail préalable afin d’obtenir des données fiables et exploitables. Cela passe dans un premier temps par la sensibilisation des équipes de la DSI, mais aussi par le choix d’indicateurs pertinents, définis spécialement pour répondre aux objectifs de la DSI.

Ces indicateurs seront utilisés dans des tableaux de bord décisionnels, et collecteront des données, soit chez les autres services de l’entreprise, soit chez les clients, soit au sein même des infrastructures (serveurs physiques et virtuels, stockage, réseau, contrôleurs électriques).

C’est ainsi muni de ces données et de ces analyses que les DSI seront à même de prendre des décisions plus sures en terme de contrôle de fonctionnement, de réduction des coûts ou encore d’optimisation des investissements. Outre un plus grand recul sur l’activité, la mise en place d’un démarche de Business Intelligence au sein d’une direction des systèmes d’information permettra de prouver le bon fonctionnement du service vis-à-vis de la direction générale, et de repositionner la DSI comme interlocuteur privilégié de cette direction au sein de l’entreprise et un véritable centre de valeur ajoutée.