L’ASIM, un levier solide pour le développement du numérique au Mali.

L’Association des Sociétés Informatiques du Mali (ASIM) est l’une, sinon l’organisation pionnière dans le domaine de Mouhamed Diawara DG General Computechl’informatique au Mali. Créée en 1996 et à l’instar des autres organisations synonymes dans la sous-région, le rôle de l’Association des Sociétés Informatiques du Mali est d’être un sous bassement solide pour le développement de la filière numérique et le trait d’union entre les acteurs et le gouvernement du Mali. Car elle témoigne du professionnalisme, de la cohésion et du dynamisme des acteurs du Numérique.

À cet effet, en tant que président de l’Association des Sociétés Informatiques du Mali (ASIM), j’invite toutes les sociétés informatiques du Mali à rejoindre le mouvement pour qu’ensemble nous contribuons au développement du secteur informatique.

C’est aussi le lieu de remercier tous les acteurs qui sont à la base de la mise en place de cette organisation, je pense à toutes les sociétés membres et tout spécialement les pionniers qui ont créé l’ ASIM.

Quels sont les missions assignés à l’ASIM ?

Grâce à la réalisation d’actions concrètes comme la nuit du Numérique, la  grande conférence sur le BIG DATA ou la forte participation du secteur privé mali au SITICA Africa 2017, l’Association des Sociétés Informatiques du Mali (ASIM) s’est positionné comme un interlocuteur crédible des autorités maliennes dans la promotion d’une économie numérique en plein épanouissement au Mali.

En qualité d’organisation de la société civile TIC, elle appuie les acteurs étatiques du secteur (MENC, AMRTP, AGETIC, AGEFAU, SMDT, APDP) pour l’émergence du Numérique au service du développement durable.

L’ASIM a participé à l’élaboration de plusieurs documents de politique sectorielle dans le domaine des TIC et a donné son avis, lorsqu’elle a été consulté sur les textes législatifs et réglementaires qui régissent le domaine notamment la loi sur les société de l’information, la loi portant protection des données à caractère personnel, la loi sur la cryptologie, la loi sur la cybercriminalité, la loi sur les transaction électroniques et de la signature électronique.

L’Association des Sociétés Informatiques du Mali (ASIM) s’implique fortement pour la mise en oeuvre des initiatives inscrites dans le document politique « Mali Numérique 2020 » qui veut servir selon elle d’incubateur pour l’émergence du secteur.

L’ASIM tisse également des liens de partenariat avec plusieurs structures nationales intervenant dans le domaine du Numérique à travers des conventions de partenariat, cela pour faire valoir la compétence nationale dans la réalisation des grands chantiers numérique au Mali.

avec les autres organisations de la société civile comme le CACTIC (Coordination des Associations et Clubs TIC au Mali), l’ASIM ambitionne de faire des TIC, un vecteur de développement durable, une nécessite pour le bien-être des populations maliennes. L’Association ambitionne de positionner les sociétés membres dans l’acquisition des marchés publics et d’exiger une bonne qualité des prestations pour redonner la confiance numérique aux acteurs et bénéficiaires des actions d’intérêts généraux.

L’Association des Sociétés Informatiques au Mali (ASIM) est membre fondateur de l’Agence of Digital Development qui est un groupement de trente quatre (34) d’organisations professionnelles européennes et africaines et participe chaque année aux événements internationaux du secteur dans le cadre de sa collaboration avec les organisations sœurs.

Quels sont les perspectives de l’ASIM ?

Le numérique est l’un des enjeux économique de notre siècle. Il constitue le socle technologique de tous les secteurs d’activité. Selon des études économiques récentes menées par les institutions internationales comme l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) ou l’Organisation Internationale de la Francophonie, les filières de l’industrie et de la production numérique sont des secteurs d’avenir pour les pays émergents et en particulier les pays africains. Le continent est le futur marché mondial des technologies. Ainsi, le Mali ambitionne, d’ici 2020 d’être l’un des hubs technologiques d’Afrique de l’Ouest. Pour atteindre cet objectif et répondre directement au enjeux du secteur, l’Association des Sociétés Informatiques du Mali (ASIM) entent participer à:

  • assainir le secteur du numérique ;
  • organiser et promouvoir les compétences locales ;
  • réduire les taxes sur les produits numériques pour lutter contre les fraude douanières et fiscales ;
  • augmenter la contribution du secteur dans le PIB grâce à la réduction de l’informel ;
  • développer une vrai industrie numérique productive et compétitive afin de contribuer davantage au PIB ;
  • faciliter l’identification des nouvelles pistes d’assiette fiscale ;
  • renforcer le rôle de l’Association des Sociétés du Mali (Mali).

L’ASIM ne compte pas s’arrêter là bas puisqu’il est prévu de:

  • recenser tous les acteurs et les catégories d’activités dans le secteur d’activité du numérique ;
  • organiser le secteur du numérique par métiers, compétences et définir les critères d’accréditation de chaque catégorie et sous-catégorie ;
  • faire une codification des métiers et compétences informatiques ;
  • améliorer la qualité de l’offre malienne dans le domaine du numérique ;
  • optimiser et rationaliser les investissement de l’État dans le secteur du numérique;
  • définir une meilleure nomenclature exhaustive des produits ;
  • renforcer les capacités des ressources humaines ;
  • créer un climat de confiance pour une meilleure profitabilité des entreprises locales.